Chapelle de Tous-les-Saints

Valère

Valère

Valère - tours

Valère intérieur

Valère vue Nord


A mis parcours, on découvre une petite chapelle nommée la chapelle de Tous-les-Saints. Elle fut fondée en 1325 par le chanoine Blandrate et fut restaurée en 1964. Elle rappelle aux visiteurs l'architecture romane.

Au sud, sur l'éminence la moins élevée, le château de Valère a été construit au XIIe siècle par les chanoines du Chapitre de la cathédrale qui y logèrent jusqu'à la Révolution française.

C'est une véritable forteresse, renfermant dans son enceinte outre l'Eglise, un grand nombre de maisons où vivaient les chanoines. Protégée par des remparts et des tours, elle est accessible seulement du levant.

Rénové dès 1883 il est aujourd'hui l'un des plus anciens musée historique de Suisse. Il abrite une importante collection d'objets d'art religieux du Moyen Age ainsi que de nombreux témoignages de l'histoire du Valais.

Le musé cantonal d'histoire et d'ethnographie occupe plusieurs maisons du château entourant l'Eglise. Ses collections comptent plusieurs dizaines de milliers d'objets les plus divers témoignant des multiples aspects de la vie culturelle et sociale du Valais, de la fin de l'Antiquité à nos jours. Chronologiquement, il prend la suite du musée d'archéologie. Ses collections d'art médiéval comptent parmi les ensembles de renommée nationale voire internationale. Autres points forts : les XII et XIIIe siècle ainsi que sa collection d'objets ethnographiques alpins.

La basilique Notre Dame de Valère est une importante œuvre architecturale dans laquelle se mêlent harmonieusement les styles romans et gothiques ; elle est aussi remarquable par sa décoration et son mobilier dont le fameux orgue.

Certaines maisons ont été restaurées au XVIIe siècle et comportent des fresques datant du XVe siècle. La rénovation de ces fresques a été réalisée dans les années 1960.

Vu l'intérêt du site, d'importantes restaurations intérieures et extérieures ont été entreprises à partir de 1987. Ces rénovations prennent souvent beaucoup de temps surtout si l'on respecte l'authenticité.

 


Orgue de Valère


Le mot orgue désigne, jusqu'au XXe siècle, un type d'instrument de musique multiforme dont les caractéristiques communes sont :

  • d'être joué à l'aide d'un ou de plusieurs claviers, et d'un pédalier (le plus souvent) ;
  • de produire les sons à l'aide d'ensembles de tuyaux sonores alimentés par une soufflerie, appelés « jeux » ou « registres ».

L'orgue de Valère est l'orgue le plus ancien jouable au monde. On estime qu'il fut construit vers 1435. En style gothique, l'orgue comprend les buffet et les 135 tuyaux à forte teneur en plomb, des jeux de Super Octave 2' d'une Quint minore 1 1/3' et du rang 1' de la Mixture.

La porte à vantaux a été peinte par l'artiste fribourgeois Peter Maggenberg vers 1435. Le vantail gauche montre le mariage mystique de Sainte Catherine, patronne de Valère et du Valais. Le vantail droit montre une apparition du Christ à Marie-Madeleine qui le prend pour un jardinier. Entre la roue et l'épée, emblème de son martyre, elle reçoit, agenouillée devant Marie et l'Enfant Jésus, un anneau d'or des mains de ce dernier.

En 1687, le facteur soleurois Christophe Aebi ajouta 4 jeux à l'instrument et un second rang de Mixture.

L'orgue dans son état actuel date de la reconstruction de 1718 effectuée par Matthias Carlen.

Deux autres restaurations ont été effectuées, l'une en 1954 par la manufacture Kuhn avec l'aide du Musée d'Art de Bâle et l'autre vers 2004 par la manufacture valaisanne Füglister.

L'unique clavier de l'orgue de Valère compte 4 octaves au clavier soit 45 touches et une octave au pédalier. Les octaves graves du clavier et du pédalier sont courtes car il leur manque les do dièse, ré dièse, fa dièse et sol dièse…

 



Tourbillon

Tourbillon

Valère et Tourbillon

Après plusieurs invasions lombardes entre 565 et 585, l'évêque du Valais change de résidence et quitte Octodurum (Martigny) pour Sedunum (Sion).Plus favorisée qu'Octodurum, la ville Sedunum survécut à l'Empire romain et reçut dès 585 l'évêque du Valais dans ses murs.

La cité épiscopale prit possession des deux proéminences de la vallée.

En période de paix l'on pouvait s'établir au pied des collines et sur les alluvions de la Sionne et en temps d'incertitude et de guerre on se rapprochait des enceintes de Valère et tourbillon.

La première mention de Tourbillon remonte à 1268.

Tourbillon où se trouvaient déjà des fortifications et des gardes entre 1245 et 1276, ne devient un véritable château fort que vers 1294. La fin de sa construction se situe vers 1308.

Il est érigé sur un piton rocheux plus élevé que son voisin Valère. Il fut construit par l'évêque Boniface de Challant qui l'utilisa comme résidence d'été et comme refuge en temps de guerre.

Son accès difficile décida par la suite l'évêque Guichard Tavelli d'acquérir en 1373 le château de la Majorie comme résidence épiscopale.

En raison de son importance stratégique, le château fut souvent attaqué. Au cours du XIVe siècle, il subit d'importants dégâts suite aux nombreuses luttes qui opposèrent les évêques, les comtes de Savoie et les seigneurs de la Tour.

Au milieu de XVe siècle Guillaume III de Rarogne décida de le rénover et fit construire la chapelle telle que l'on peut l'admirer encore aujourd'hui.

En 1788 un gigantesque incendie a détruit une partie de la ville de Sion et le château.

 



Châteaux et ville de Sion


retour