Globe terrestre.

La terre se compose de trois principales couches de roche :

 : terrestre est friable et se casse comme une coquille d'œuf ; son épaisseur est d'environ six à sept kilomètres sous les Océans et de douze à soixante kilomètres sous les continents. L'écorce terrestre est divisée en blocs appelés plaques tectoniques. Ces plaques rigides se déplacent lentement en glissant sur le manteau plus fluide.

 : présente une épaisseur d'environ 2900 kilomètres et se compose principalement de roche en fusion.

 : est formé de deux couches, une couche externe de roche en fusion et une couche interne de roche à l'état solide.

 

Le mouvement des plaques tectoniques est le nom moderne de la théorie de la dérive des continents.

"Alfred Wegener propose en 1912 que tous les continents connus aujourd'hui étaient rassemblés en un seul supercontinent, (Pangée); celui-ci se serait fracturé en blocs qui, tels des radeaux, ont dérivé loin les uns des autres pour aboutir à la distribution actuelle des continents. La théorie de Wegener est mise de côté par les scientifiques de l'époque car il lui manquait une justification quant au mouvement de ces-dites plaques, que l'on connaît aujourd'hui : la radioactivité interne terrestre. "

On pense que le mouvement des plaques tectoniques, de ces plaques continentales est dû aux lents courants présents dans la roche en fusion du manteau. Ces plaques se déplacent les unes par rapport aux autres.

Le mouvement de ces plaques favorise la formation des montagnes. Les plaques s'encastrent l'une dans l'autre, on assiste alors à la formation des chaînes de montagnes comme les Alpes…

Deux plaques peuvent s'éloigner (divergence, se rapprocher (convergence) ou glisser l'une contre l'autre. L'interaction des plaques est aussi à l'origine des tremblements de terre appelés également séismes.

 

Les Alpes culminent à 4808 mètres au sommet du Mont Blanc. On recense dans les Alpes 128 pics de plus de 4000 mètres d'altitude.

En Suisse la montagne la plus haute est la Pointe Dufour dans le massif du Mont Rose à 4634 mètres .

La Pointe Dufour fait partie du massif du Mont Rose

L'altitude de la Pointe Dufour est de 4634 mètres

Sa latitude est de 45 degrés 56 minutes Nord

Sa longitude est de 7 degrés 52 minutes Ouest

Elle est située dans les Alpes valaisannes entre la Suisse et l'Italie

 

L'altitude d'une montagne dépend de la hauteur de son sommet par rapport au niveau de la mer qui elle, est situé à 0 mètre .

La morphologie d'une montagne ou d'une chaîne de montagnes dépend de différents facteurs :

•  la nature des roches
•  le climat
•  l'eau
•  la vitesse de déformation
•  la gravité (pesanteur)
•  l'intervention de l'homme

 

L'histoire de la terre peut se diviser en Antiquité (ère primaire), Moyen Age (ère secondaire) et Temps Modernes (ère tertiaire et quaternaire). Les Alpes sont des montagnes jeunes car elles se sont soulevées qu'aux Temps Modernes (tertiaire). Elles sont formées de roches provenant du fond des mers; c'est pour cette raison que l'on peut trouve actuellement des coquillages et des squelettes de petits animaux marins fossilisés.

Les Alpes s'étendent sur un millier de kilomètres avec une largeur comprise entre 100 et 400 kilomètres .

La formation des Alpes comprend deux phases :

•  la dislocation sous forme de cassures ou de plis
•  le travail de destruction ou érosion

Cervin avec au premier plan Zermatt.

 

L'eau reste le principal acteur de modelage du paysage car elle combien une action mécanique de l'eau et du gel et une action chimique ; l'eau s'infiltre dans les anfractuosités des rochers ; avec le froid elle gèle et augmente de volume ; cette augmentation de volume exerce une pression très forte sur les parois jusqu'à faire éclater la roche qui tombe au pied de la montagne en formant des cônes d'éboulis composés de petits et gros morceaux de roche.

Rochers de la vallée de Loèche Les Bains.

L'eau peut également user la pierre, la ronger, la travailler jusqu'à ce qu'elle présente des formes artistiques particulières appelées Lapiez.

Il ne faut pas non plus oublier l'action des végétaux qui infiltrent la roche à l'aide de ses racines ouvrant ainsi la voie à l'eau.

L'érosion peut être lente et progressive ou violente et agressive comme les éboulements et les orages ; Dans certains cas, des pans entiers de montagnes peuvent se précipiter vers le fond de la vallée (dernier en date, l'éboulement de Gondo).

 

En ce qui concerne les montagnes du Valais, elles se divisent en trois groupes suivant la nature des roches :

•  massifs cristallins
•  massifs calcaires
•  paysage des roches métamorphiques, roches intensément plissées


On peut également classer les Alpes valaisannes en sept massifs par rapport à leur situation géographique :

a  les Préalpes du Chablais
b  le massif calcaire des Dents du Midi
c  le massif du Mont Blanc
d  la Chaîne valaisanne
e  le massif du Gothard
f  le massif de l'Aar
g  la Chaîne des Alpes bernoises

Les régions naturelles de la Suisse.
Le Valais se situe dans les Alpes.

Vue de la plaine du Rhône et des Alpes bernoises,
limites entre le canton de Berne et le Valais.

 

La vallée du Rhône est une vallée de plissements alors que les vallées latérales sont des vallées d'érosion.

Gorges de la Lizerne à Ardon,
vallée de la rive droite plus courte et d'accès difficile.

La vallée du Rhône comprend deux parties :

•  l'une longitudinale de Conches à Martigny
•  l'autre transversale de Martigny au Léman

A la source du Rhône, la vallée de Conches est glaciaire car les traces du glacier du Rhône sont encore récentes. Le fond de cette vallée à la forme d'un U ou d'auge.

Après, de Fiesch à Viège on parle de vallée fluviale car le Rhône a creusé un profond sillon ; sa forme est celle d'un V.

A partir de Viège la vallée s'élargit, le fond de la vallée est plat, c'est la plaine d'alluvions.

De Viège au Léman, de chaque côté du Rhône, naissent les vallées latérales ; l'érosion, les éboulements, les torrents ont amené les matériaux dans la plaine, créant des cônes de déjection, des cônes d'éboulis.

Le Valais central, une plaine d'alluvions.

 

Quelques villages sont construits sur les cônes de déjection tels qu'Aproz, Chamoson, Riddes, Bramois, Illgraben,... ; ces endroits sont en général très fertiles grâce aux alluvions transportés par les rivières. Les vallées latérales de la rive gauche du Rhône sont longues (20 à 30 kilomètres ) alors que celles de la rive droite sont courtes, encaissées et difficiles d'accès.

Cône de déjection de Chamoson.

La force érosive d'une rivière dépend de la masse d'eau qu'elle entraîne, de sa vitesse d'écoulement et de la dureté de la roche. Elles peuvent creuser des gorges étroites, des vallées encaissées ou de larges vallons. Pour éviter de nouvelles catastrophes on corrige le lit des torrents, on protège les versants par le reboisement, on crée des désableurs et des escaliers. Aujourd'hui on a pris conscience de l'importance de la prévention, on l'encourage et on la subventionne. Le Rhône est sorti plusieurs fois de son lit créant d'énormes dégâts ; pour éviter que cela se reproduise on a mis en chantier la troisième correction du Rhône.

Les torrents entraînent avec eux la terre et les roches.

La plus haute montagne de la terre est le mont Everest dans l'Himalaya ( 8848 mètres au-dessus du niveau de la mer) ; le volcan Mauna Kea à Hawaï émerge de 4206 mètres au-dessus de la mer et sa base est à 5500 mètres sous le niveau de la mer…imaginez sa hauteur totale …